George Couros (@gcouros) a mis sur pied une très belle initiative sur Twitter. Cette initiative, nommée “Education in 30 seconds” (#Eduin30), consiste à présenter de courtes capsules de 30 secondes en réponse à la “question de la semaine“. La nouvelle fonction vidéo de Twitter est exploitée afin de produire ces capsules de partages de nature éducative. En voici un exemple: https://twitter.com/jprofNB/status/583311737698549760 (j’ai cité Twitter comme un exemple, réalisant après que Twitter n’existait pas en 1997!)

Voici la question posée pour Semaine 4 (#Eduin30w4):

Que ferais-tu de différent si tu pouvais retourner et reprendre tes premières années d’enseignement?”

Immédiatement après avoir lu cette question, deux idées me sont venues en tête. Ces deux idées (ou stratégies) auraient eu un impact important sur mon enseignement ainsi qu’auprès de mes élèves.

Développer mon RAP (Réseau d’apprentissage professionnel)

En 1997, je ne parlais pas de “communauté d’apprentissage professionnelle” (CAP). Twitter et Facebook n’existaient pas, mais nous avions internet, donc accès à tout un monde d’information et de réseautage. En 1997, mon réseau d’apprentissage professionnel était formé de quelques membres du personnel de mon école, c’est tout.

À refaire, je rechercherais, ou même créerais des réseaux de développement et d’échanges pédagogiques sur internet et dans mon école. Je communiquerais avec des experts de la matière que j’enseignais (qui était la chimie) afin de développer des partenariats avec eux et d’offrir des occasions d’apprentissage authentique pour mes élèves. Je chercherais aussi à développer de tels réseaux pour mes élèves.

Partir des passions et intérêts des élèves pour guider l’enseignement

En 1997, je crois que je livrais un enseignement de la chimie qui était à la fois engageante et stimulante. Pour moi, ma passion, c’était (et est encore) les sciences. Et si, en 1997, j’avais pensé à découvrir ce qui passionnait mes élèves au sujet de la chimie? Quelles expériences en laboratoires seraient pour eux engageantes et stimulantes? Et si j’avais laissé plus de place pour l’exploration?

Malgré ceci, je crois que mes élèves ont beaucoup apprécié mes cours, et que j’aurais même éveillé une passion en eux pour les sciences (j’ai une ancienne élève qui termine présentement son doctorat aux États Unis en sciences médico-légales). Cependant, avoir mis en place ces deux stratégies, combien plus d’élèves auraient été inspirés davantage?

Et toi, que ferais-tu de différent?